Janvier, février et mars 2015, Communication N°9

Secrétariat Général, COMMUNICATION N°9
janvier, février et mars 2015

 
Contenu :
Camarades,  je rends compte ici de ce qui a été réalisé depuis la COMMUNICATION n°8.
A)  TRAVAIL DU SECRETARIAT GENERAL (SG)
1- Avec régularité, nous avons envoyé à tous les membres de la direction les informations arrivées au Secrétariat Général et considérées comme intéressantes pour toute l’UIS.
2- Le travail de préparation de la réunion annuelle prévue au Bahreïn a été coordonné. Etant donné que seuls 4 des 24 membres auraient pu se déplacer, la réunion a été annulée, en accord avec le président de l’UIS.
3-Nous avons rédigé (en anglais, français, grec et espagnol) et envoyé à tous les membres de la direction de l’UIS, le bilan du travail développé par celle-ci durant l’année 2014.
4- Nous avons recueilli les propositions des membres de la direction de l’UIS et rédigé le document définitif, qui servira de plan de travail pour 2015. Voir ANNEXE n° 1. Document également en quatre langues : anglais, français, grec et espagnol.
5- Nous continuerons les formalités bureaucratiques pour être reconnus par l’OIT, en répondant à toutes ses requêtes, concrètement donner plus d’informations sur les finances et les activités de notre UIS. Finalement, cette reconnaissance est arrivée et maintenant il nous reste à préparer notre présence à la 104ème conférence de l’OIT, qui se tiendra en juin 2015. Ce sera la première conférence de cet organisme tripartite où il y aura une présence organisée des P&R en tant que tel, après presque 100 ans d’existence. Voir ANNEXE n°2, les premiers critères pour participer.
6- Le Secrétaire Général préparera le texte de son intervention devant l’assemblée de la 104ème  conférence de l’OIT, et qui sera envoyé au préalable aux 24 membres de la direction de l’UIS et à la direction centrale de la FSM. En tenant compte des observations que ce projet suscitera, un bref document définitif sera rédigé et lu à l’ONU, à Genève.
7- Nous enverrons des messages de solidarité aux différentes luttes ouvrières.
8- Finalement, après de nombreuses difficultés, j’ai pu réaliser le voyage à Lahore au Pakistan, répondant à l’invitation du syndicat PLF de ce pays, syndicat affilié à la FSM. Dans l’ANNEXE n°3, se trouve le compte-rendu de ce voyage.
9- Le Secrétariat Général aidera l’UIS des P&R de la FSM afin de réaliser de nombreuses et importantes célébrations, sur toute la planète, pour les 70 ans d’existence de la FSM. D’une part, nous assisterons à l’action principale prévue pour le 3 octobre à Sao Polo au Brésil, d’autre part, nous devrons réussir à organiser de nombreuses actions décentralisées, comme la conférence régionale américaine du 30 septembre 2015 à Quito en Équateur, ou le voyage au Pakistan le 11 mars dernier (voir ANNEXE n°3).

B)  TRAVAIL DES AUTRES MEMBRES DE LA DIRECTION.
1- Nous avons avancé dans la concrétisation des conférences régionales de l’UIS. Le 30 septembre prochain, se tiendra à Quito la première conférence régionale d’Amérique, invitée par le syndicat CTE d’Équateur, affilié à la FSM. La camarade Martha Hervas, vice-présidente de l’UIS pour l’Amérique travaille déjà, avec l’aide du bureau régional de la FSM en Amérique, à organiser la venue des délégués qui y participeront.
2- Les conférences régionales de l’UIS d’Asie et d’Afrique sont aussi en préparation, bien que pour le moment, il n’y ait ni date, ni lieu, ni documents préparatoires.
3- Les conférences régionales de l’UIS d’Europe et du Moyen Orient sont toujours retardées. Les camarades de France étudient la possibilité de pouvoir organiser la conférence pour l’Europe dans leur pays.
4- Maintenant, il faut mettre en marche le plan des finances approuvé dans la réunion virtuelle, qui s’est substituée à celle que nous avions prévue au Bahreïn pour le 1er mars 2015.
5- Nous devons aussi mettre en marche le travail collectif de la commission technique et de recherche. Quelques membres de cette commission ont donné leur avis ou fait part de leurs idées.
6- Les secrétariats de l’UIS, qui n’ont pas de plan de travail, doivent le rédiger pour qu’il puisse être discuté et approuvé par tout le collectif de direction de l’UIS.
7- Le camarade Costas Skarparis (dirigeant du syndicat PEO de Chypre) président de la commission de contrôle financier, doit mettre en marche le travail collectif de cet organe, élu depuis plus d’un an au congrès de Barcelone.
ANNEXE Nº 1
PLAN DE TRAVAIL POUR 2015
INSUFFISANCES À CORRIGER
Les données à prendre en compte sont que notre UIS est composée de 4 équipes de direction : Conseil Exécutif, Secrétariat, Commission Technique et de Recherche et Commission de Contrôle Financier. Dans ces 4 équipes, 24 camarades de 19 pays des 5 continents furent élus (voir sur le site les détails) ce qui est pour une part une bonne chose pour pouvoir exercer notre tâche qui est d’organiser la lutte pour les droits des P&R de toute la planète, mais à la fois nous crée des difficultés : les échanges dans les différentes langues utilisées, comme la  nécessité des voyages.
Première difficulté à surmonter : les différentes langues que les syndicalistes utilisent du fait qu’ils vivent dans des pays différents. Cela a été déterminant pour freiner chaque fois les échanges nécessaires et la transmission des informations qui peuvent et doivent stimuler nos luttes. Pour cela, dans chaque pays, nous devons chercher l’aide d’interprètes qui permettront à n’importe quelle communication ou information d’être comprises et utilisées, à condition que nous l’envoyions au moins dans une des trois langues suivantes: anglais, français et espagnol. C’est à cette seule condition qu’un travail collectif sera possible.
Seconde difficulté à corriger : la précarité des finances de la nouvelle UIS des P&R, ajoutée aux difficultés financières déjà connues de notre FSM (que patrons et gouvernements continueront à nous créer, pour continuer à nous combattre) nous oblige à réfléchir. La solidarité des syndicats plus forts économiquement avec ceux qui ont des difficultés, est la clé pour que la nouvelle UIS puisse réaliser ses activités. Nous avons déjà reçu des promesses d’aides  extraordinaires de plusieurs syndicats (3 seulement pour le moment). Rappelons-nous les obligations financières non remplies pour qu’elles soient réglées le plus tôt possible. La mise en marche de la campagne de collecte d’aides économiques que nous a proposée notre secrétariat des finances dans sa circulaire n°2 (voir sur le site : Annexe 3 de la communication n°7) est aussi une clé pour résoudre nos problèmes économiques (joint à ce document). Chaque organisation de l’UIS devra communiquer l’avancement qu’elle va réaliser
dans cette tâche au secrétaire des finances, le camarade José Ma. Lucas de la CSU des P&R d’Espagne.
En plus de travailler pour surmonter ces deux insuffisances, nous devons corriger :
1) Nous devons rapidement nous mettre d’accord sur des dates, lieux et documents pour la tenue des conférences régionales d’Afrique, d’Amérique, d’Asie, d’Europe et du Moyen Orient.
Ces conférences doivent servir à organiser la lutte des P&R de chaque continent sur la base des critères et documents approuvés au congrès de fondation de notre UIS. Les Vice-présidents de l’UIS, élus au congrès de Barcelone, doivent être les promoteurs et les responsables de ces conférences.
2) Toutes les activités doivent essayer d’avoir pour but la plus grande publicité pour que chaque jour plus de personnes, qu’elles soient ou non pensionnées ou retraitées, connaissent la lutte juste et les importantes revendications des P&R que la FSM appuie et impulse.
3) Il manque les plans de travail par écrit des divers secrétariats de l’UIS. Seules les finances et la propagande ont présenté leur plan spécifique (voir communication n°4) qui entre en débat joint avec ce texte pour être enrichi et approuvé collectivement. Le Secrétariat Général de l’UIS fera un suivi de ce travail, proposant (si c’est nécessaire) des modèles de plans de travail pour les secrétaires qui ont des difficultés pour les rédiger.
4) Seules 5 organisations ont payé leurs cotisations à l’UIS : le PAME de Grèce, Jubique et CSU d’Espagne, All India Postal And RMSPensioners Association de l’Inde et du syndicat AIBDPA de l’Inde. Depuis le voyage au Pakistan du camarade Quim Boix , nous avons aussi l’engagement du syndicat PLF de ce pays de payer sa part de cotisation. Il reste beaucoup d’organisations et de pays qui peuvent payer leur cotisation et qui ne l’ont toujours pas fait. Cela rend difficile le travail de la direction de l’UIS (par exemple, par manque de moyens économiques, nous n’avons pas pu tenir la réunion annuelle de 2015 de l’équipe de direction, prévue et convoquée au Bahreïn pour le 1er mars).
5) Les CV syndicaux des membres de la direction de l’UIS ne sont pas arrivés pour être publiés, excepté ceux des camarades : Miguel Guerrero, José Maria Lucas et Quim Boix d’Espagne, D Gopalakrishnan y VAN Namboodiri de l’Inde, Alain Rodriguez de France,  Djamel Rouani d’Algérie, Lazara Santiago de Cuba, et Haji Muhammad Saeed Arian du Pakistan. Chaque membre de la direction de l’UIS qui ne l’a pas envoyé, doit le faire dans les plus brefs délais.
6) Les enquêtes pays par pays, qui figurent sur notre site dans les langues suivantes (11 en espagnol, 11 en anglais et 8 en français) doivent être complétées. Ces données serviront pour les études de la Commission Technique et de Recherche.
7) La Commission Technique et de Recherche n’a pas commencé ses tâches. Nous avons déjà un de ses membre en tant que responsable, le camarade Palmos Panagiotis du PAME de Grèce (cette responsabilité nous la ratifierons dans le débat de ce document) mais pour le moment il n’y a pas de plan de travail collectif, ni de distribution des tâches. Cela sera une autre des tâches à laquelle le Secrétariat Général dédiera son aide.
8) La Commission de Contrôle des Finances n’a pas commencé son travail. Son président, le camarade Costas Scarpiris du PEO de Chypre, devra se mettre en contact avec les autres membres de la commission, proposer un plan de travail, et informer l’équipe collective de direction de l’UIS du travail qu’il réalise.
Au Pakistan, Quim Boix a mis de nouveau en contact le camarade Costas Scarparis avec les membres de cette commission. Il est important de ne pas retarder plus longtemps le début de cette tâche collective.

IV. Propositions approuvées et enrichies par le débat

3 AXES ET GRANDS OBJECTIFS CENTRAUX
DE NOTRE TRAVAIL SYNDICAL EN TANT QUE P&R :

A) Interne et organisationnel
Notre UIS doit se consolider et grandir, certaines organisations sont de création récente  en tant que syndicats spécifiques de P&R, d’autres ont des dizaines d’années de fonctionnement. Les échanges d’expériences nous aideront.
Nous devrons affilier à l’UIS de nouvelles organisations de P&R, qu’elles soient ou non spécifiques ou exclusives de pensionnés.
L’objectif réel, c’est d’avoir des organisations syndicales de P&R dans tous les pays, en préférant des organisations spécifiques formées seulement par des P&R, mais avec un total respect pour les autres formes d’organisations qui sont décidées dans chaque pays.
Les P&R de chaque pays doivent avoir leur propre liste de revendications et leur plan d’actions syndicales. Les mêmes sur chaque continent à partir des accords qu’aura pris chacune des conférences régionales qui sont maintenant en préparation.
Les données et les documents qui reflètent cette réalité doivent être envoyés au secrétariat à l’organisation de notre UIS, qui les réclamera quand il ne les aura pas reçus. Le travail de ce secrétariat sera fondamental.

B) Externe vers les P&R
Avoir des propositions claires qui permettent d’avancer jusqu’à la satisfaction de toutes les justes revendications des P&R (comme nous le disions dans nos vœux pour la nouvelle année) avec l’objectif central d’une pension suffisante pour une vie digne à partir de 60 ans
(âge auquel n’importe quel travailleur doit avoir le droit d’arrêter de travailler).
Liste appropriée à chaque réalité des revendications à poser aux gouvernements, tant par les syndicats des P&R que par l’ensemble des syndicats en général.
Nous réclamons que l’ONU reconnaisse comme droit humain universel, de façon claire et spécifique, le droit à toucher une pension publique suffisante pour vivre dignement, incluant dans cela : logement, eau potable, soins sanitaires, droit à la culture et aux loisirs, transports gratuits, pour les besoins vitaux. Tout cela payé par les finances publiques, quand la pension perçue n‘est pas suffisante pour le financer.

C) Externe vers l’ensemble de l’activité syndicale
Situer dans toutes les plateformes revendicatives de l’activité syndicale le droit à la retraite, aujourd’hui non reconnu dans trop de pays (ou seulement reconnu pour une partie de ses salariés, par exemple pour les seuls travailleurs de la fonction publique).
Réclamer la reconnaissance du temps travaillé, (avec ses effets légaux sur les cotisations) et le temps de chômage, temps pendant lequel le travailleur demande un emploi fixe et à durée indéterminée. Si la société capitaliste ne le lui fournit pas, c’est à elle de financer les cotisations que le travailleur ne peut pas payer car il ne dispose pas de salaire. Des richesses, il y en a suffisamment dans la société, elles sont concentrées dans les mains d’une dizaine de personnes qui sont celles qui dirigent les multinationales capitalistes. (Rappelons-nous que 85 personnes détiennent autant de richesse que la moitié de toutes les personnes qui vivent sur la planète).
Cette proposition, qui sert de revendication générale pour les syndicats de classe, doit nous permettre de lier notre lutte syndicale, en tant que personne qui maintenant touche une pension ou devrait la toucher, avec les travailleurs qui sont en activité et qui quelque fois oublient qu’ils doivent lutter pour une pension de retraite digne depuis son premier jour en tant que salarié.
Cette proposition fut approuvée par toute la FSM, lors de la réunion tenue à Lisbonne en octobre 2014, pour fêter le 69ème anniversaire de notre organisation.
Développer la conscience collective du fait que, contrairement à l’idée répandue par le FMI (Fond Monétaire International) les P&R ne sont pas une tare à éliminer (le ministre du Japon a proposé à la télévision que les retraités, n’ayant pas de ressources économiques, se suicident) au contraire, ils sont une richesse pour toute la société de par leur expérience et les apports qu’ils peuvent faire (et qu’historiquement ils ont fait) pour faire avancer le progrès humain.
Répéter chaque fin d’année la concrétisation des revendications qu’en tant qu’UIS nous allons réclamer durant l’année suivante. Les vœux pour la nouvelle année sont un bon prétexte pour nous aider à cela, comme cela s’est passé début 2015 (nous saluons ici l’aide de la direction de la FSM qui a diffusé largement sur son site, le document élaboré par notre secrétaire à la propagande). Nous proposons d’envoyer chaque fin d’année les vœux adaptés afin de rappeler notre existence et stimuler le travail syndical vers les P&R.

RESUME FINAL :
Pour commencer à réaliser les 3 grands objectifs antérieurement expliqués.
1) L’UIS doit continuer d’appliquer le syndicalisme de classe de la FSM. Pour cela, nous continuerons de dénoncer toutes les pratiques du syndicalisme de collaboration de classe comme celui que pratique la CSI (Confédération Syndicale Internationale) et sa filiale européenne, la CES (Confédération Européenne des Syndicats), à propos de cette dernière, les P&R de France préparent la dénonciation de ses agissements favorables au capitalisme, profitant du fait que la CES tiendra son congrès à Paris du 29 septembre au 2 octobre 2015.
2) L’UIS des P&R doit être très participative (notre expérience syndicale et notre vécu nous y obligent) dans les célébrations et les activités pour les 70 ans de la FSM. Le secrétariat de la FSM demande que chaque UIS réalise ses propres activités. A ce sujet, nous proposons une action dans chaque pays, organisée en fonction de chaque réalité transmettant à l’opinion publique la longue expérience de lutte du syndicalisme de classe. L’intervention des vétérans dirigeants de notre UIS sera très importante pendant ces actions.
Informer le secrétaire général de l’UIS de chaque action programmée afin qu’il puisse en informer le secrétariat de la FSM. Le colloque tenu à Lahore, au Pakistan les 11, 12 et 13 mars 2015, est un premier exemple qu’il faut reproduire dans un maximum de pays.
3) Nous devons concrétiser dans chaque pays ce que nous avons approuvé au congrès de Barcelone : « organiser les P&R des 5 continents pour obtenir le droit universel à une pension publique digne (qui permette de vivre dignement, c’est-à-dire avec eau, nourriture, logement, santé, loisirs, culture et attention adaptée à l’âge. Tout cela assuré par les pouvoirs publics ».
4) Dans ce sens, nous devons faciliter que dans toutes les organisations syndicales de classe (qu’elle soit ou non des P&R ) la proposition, portée par notre UIS à la réunion de Lisbonne de la FSM le 3 octobre 2014, soit approuvée : «la nécessité que la totalité du temps qu’un travailleur est resté au chômage, soit du temps comptabilisé comme cotisé pour le calcul de sa future pension (s’il ne peut pas travailler, c’est la faute au système économique et ses gestionnaires, pour cela ce n’est pas le chômeur le responsable, et ce n’est pas acceptable qu’il le paie avec une pension de retraite diminuée par manque de cotisations)».
5) Le secrétariat général enverra à chaque responsable d’un secrétariat, qui n’a pas rédigé son plan de travail, un brouillon de propositions pour qu’il puisse rédiger ses propositions définitives et les envoyer pour le débat collectif.
6) Chacune de ces propositions devra être enrichie avec les apports des autres membres de la direction de l’UIS. De ces échanges, le plan de travail définitif  de chaque secrétariat de l’UIS sortira.
7) La Commission Technique et de Recherche doit élaborer par écrit son plan de travail. Nous ratifions la nomination du camarade Palmos du PAME en tant que responsable pour diriger cette commission.
La Commission de Contrôle Financier doit informer par écrit du travail qu’elle va réaliser.
8) La commission de contrôle financier doit informer par écrit du travail qu’elle va réaliser
.
9) Les Vice-présidents de l’UIS, un par région ou continent, excepté Amérique, doivent déterminer les dates, et rédiger les documents pour réaliser les 4 autres conférences régionales.
10) Tous les syndicats affiliés à cette UIS doivent informer le secrétariat des finances des données d’affiliations, comme demandé dans la circulaire n°1 de ce secrétariat, et de s’engager aussi (et payer) la cotisation annuelle à l’UIS (adaptée à leur réalité, mais effective même si elle est petite).
11) Toutes les organisations de l’UIS doivent mettre en route la campagne d’aide économique établie par la circulaire n°2 du secrétariat des finances. C’est seulement en faisant fonctionner correctement les finances que nous pourrons développer les activités qui nous incombent en tant qu’UIS.
12) Les syndicats qui se sont engagés à faire fonctionner le site dans leur langue, doivent prendre cette tâche en main. Je cite par pays : la Catalogne pour le catalan, Euskadi pour le basque, la Galice pour le portugais et le galicien, le Bahreïn pour l’arabe, la Grèce pour le grec, la Croatie pour le russe, l’Italie pour l’italien, AIBDPA de l’INDE pour l’anglais, FSC de France pour le français et la CSU des P&R d’Espagne pour l’espagnol.
13) Comme signalé dans la COMMUNICATION n°2 : «nous devrons mettre les liens de tous les sites des organisations de classe des P&R de la planète. S’IL VOUS PLAÎT, ENVOYEZ CES LIENS auSecrétariat Général».
14) Aider le secrétariat à la propagande avec des collaborateurs graphistes et avec des contacts dans les milieux de communications plus divers (site Web, presse alternative, organisations de masse etc …).
15) Utiliser notre récente, et en principe définitive, reconnaissance par l’OIT pour diffuser toutes les luttes qui se déroulent sur les cinq continents pour la satisfaction des justes revendications des P&R
16) Continuer à impulser de nouvelles adhésions de syndicats de P&R de toute la planète à l’UIS des P&R, comme ce fut le cas avec le syndicat SYNAR de la RDC (République Démocratique du Congo). En tant qu’UIS n’ayant qu’une seule année d’existence, nous devons grandir en intégrant de nouveaux syndicats de divers pays et mieux organiser les P&R.

Camarades, vos contributions et critiques à ce document, et aux documents complémentaires cités, signifient une bonne contribution à l’échange nécessaire que requiert toute équipe de direction collective, pour aider ainsi au bon fonctionnement et améliorer la capacité de lutte syndicale de classe de cette UIS et de la FSM.
Il aurait certainement été préférable de pouvoir réaliser un débat avec la présence physique  de tous les 24 membres de l’UIS des P&R de la FSM, débat maintenant terminé et résumé dans ce document. Nous allons travailler pour trouver la meilleure forme pour le faire dans le futur.
La non tenue de la rencontre au Bahreïn de nous tous, ne nous empêchera pas de continuer à travailler en faveur des succès que nous, les P&R, méritons, et dont les résultats seront un  progrès pour toute la classe ouvrière
Nous avons donc pallié, et bien, l’impossibilité d’avoir pu tenir la première réunion des membres de la direction de l’UIS, élus au congrès de Barcelone en février 2014.

Barcelone mars 2015
Quim Boix
Secrétaire Général de l’UIS (Union Internationale Syndicale)
des P&R  (Pensionnés et Retraités) de la FSM
ANNEXE : LA REUNION DES EQUIPES DE DIRECTION DE L’UIS DES P&R DE LA FSM , MISE EN ATTENTE, EST NECESSAIRE
Camarades,
L’annulation de la réunion au Bahreïn, après l’effort réalisé par nos camarades du syndicat ALBA de ce pays, est due exclusivement aux difficultés financières dans notre fonctionnement.
Il est normal que l’UIS des P&R de la FSM, comme toute nouvelle structure, ait des problèmes financiers, nous ne disposons pas d’autres ressources que l’autofinancement, comme il est naturel dans un syndicat de classe. L’ensemble de la FSM connaît bien cette problématique.
De plus, nous, les P&R, sommes le secteur de la classe ouvrière avec le plus bas niveau de salaire. Avec une part très importante (qui n’est pas quantifiée) de ceux qui devraient être  P&R, arrivant à la retraite sans une pension publique. De plus, beaucoup, trop de retraités
(ceux qui arrêtent de travailler vu leur âge avancé) abandonnent leur adhésion syndicale quand ils cessent d’exercer une activité salariée.
Tout cela fait que les cotisations collectées par les syndicats de P&R (parfois non constitués, avec le fait que notre cotisation en tant que P&R se fond dans les cotisations générales du syndicat) sont peu nombreuses et d’une faible valeur économique. Nous devons rectifier cette réalité, mais ce sera un processus progressif qui va prendre du temps.
D’après les réponses arrivées, après le délai fixé à 2 semaines, et ayant servi à prendre la décision d’annuler la réunion, nous avons appris que plus de camarades (en plus de ceux cités dans la lettre annonçant l’annulation de la réunion déjà convoquée au Bahreïn) n’avaient pas la possibilité de faire le voyage pour des raisons économiques (concrètement : Martha Hervas de la CTE d’Equateur, Mohan Bahadur de ENSA du Népal, Narayanan Namboodiri de la CITU de l’Inde), d’autres camarades à ce jour ont gardé le silence comme unique réponse. Cela n’aide pas notre nécessaire travail collectif.
Nous avons aussi eu connaissance de quelques possibilités ou propositions d’aide et de solidarité financières extraordinaires (de plusieurs pays), toujours pas quantifiées.
Nous recherchons de nouvelles options de lieux où tenir la réunion ajournée.
Nous recherchons une ville dans laquelle arrivent beaucoup de vols de différents lieux de la planète. C’est dans les villes avec ces caractéristiques où les voyages peuvent être moins chers.
Mais à cela il faut ajouter les options de logements et de déplacements qui ne soient pas chers, plus une autre condition celle de disposer d’une salle de réunion et d’interprètes disponibles.
Ce n’est pas facile d’envisager une nouvelle date et un lieu dans lequel les conditions optimales seront réunies. Nous avons demandé de l’aide et des directives au secrétariat de la FSM.
L’une des suggestions reçues, et qui est retenue, c’est de centrer le travail de l’UIS (en ce qui concerne les réunions internationales) dans les 5 conférences régionales, de leur dédier tous les efforts, ce qui sera le premier pas pour de futures réunions internationales plus larges.
Une autre suggestion est celle de réunir, à la place des 24 membres élus à Barcelone en tant que direction de l’UIS, seulement ceux qui peuvent le mieux synthétiser tout le travail collectif : Président, Secrétaire Général, 5 Vice-présidents et responsables des deux commissions (au total 9 personnes au lieu de 24).
Cette option sera peut-être réalisable en la faisant coïncider avec quelque grand événement de la FSM : soit une réunion de son CP (conseil présidentiel), soit son 17ème congrès, soit la célébration de ses 70 ans (prévue à Sao Polo au Brésil le 3 octobre 2015).
Les apports et les suggestions respectant les propositions antérieures nous aideront à concrétiser les meilleurs d’entre elles, ou une nouvelle, pour nous réunir à court ou moyen terme.
Avec les nouvelles réflexions nous allons proposer une nouvelle date et un lieu.
Je demande dès maintenant que les syndicats des P&R les plus forts économiquement concrétisent les aides financières qu’ils peuvent apporter (pour financer d’autres voyages et d’autres séjours en plus du leur) .
Tout cela nous permettra de prendre la meilleure décision.
Barcelone, mars 2015
Quim Boix
Secrétaire Général de l’UIS (Union Syndicale Internationale)
des P&R (Pensionnés et Retraités) de la FSM

ANNEXE Nº 2
Camarades,
Cette année, il semblerait que la voix de l'UIS de la FSM se fera entendre pour la première fois au plenum de la Conférence annuelle de l'OIT.
   Je préparerai une intervention que je considère dans mon obligation de prononcer au nom de toute la direction de l'UIS.
   Je reçois dès maintenant les idées susceptibles d'enrichir son contenu, mais je disposerai seulement de 3 à 5 minutes.
Je vous adresserai le brouillon du texte pour que vous pussiez donner vos appréciations et l'améliorer.
J'aurai également la possibilité d'assister à certaines des nombreuses réunions qui se tiendront entre le 1er et le 13 juin 2015 à Genève, à l'occasion de la 104ème conférence de l'OIT.
La réalité de notre UIS ne lui permet pas de financer le voyage ou le séjour à Genève. Dans cette période précisément, les hôtels de la zone augmentent leurs tarifs, sachant que viendront des milliers de personnes dont les frais sont le plus souvent pris en charge par leurs gouvernements, ce qui n'est pas la règle pour les syndicalistes de la FSM;
En ce qui me concerne, en accord avec ma compagne qui contribue aux frais, nous avons réservé, dans la zone française proche de Genève, laquelle est meilleur marché, un logement que nous prendrons à notre charge, de la nuit du 29-5 au matin du 15-6.
Je donne ces dates pour avoir la possibilité de tenir des réunions avec ceux qui se rendront à Genève tel ou tel jour (qu'ils soient de la direction de l'UIS ou d'autres syndicalistes qu'il serait utile de rencontrer pour élargir et renforcer notre UIS). Afin que je puisse planifier, faites-moi à l'avance des propositions de syndicalistes de votre pays (ou de région proche) avec lesquels je préparerai des rencontres.
Si un membre de la direction de l'UIS prévoit d'être à Genève dans cette période, merci de m'en aviser.
L'essentiel à l'OIT est de renforcer la présence de la direction centrale de la FSM qui, comme chaque année, sera dirigée par Georges Mavrikos.
N'oublions pas que l'OIT est une grande machine bureaucratique qui pratique plus un simulacre de défense des travailleurs, qu'une vigilance et une dénonciation efficaces. De plus, il existe à l'OIT un "équilibre" entre les trois parties qui la composent; gouvernements, employeurs et syndicalistes ; de plus, ces derniers sont seulement représentés par le syndicalisme jaune de la CSI.
En outre, les 6 & 7, nous tiendrons, sans invités, la réunion 2015 de l'équipe de direction de la FSM, son conseil présidentiel, auquel j'ai l'honneur d'appartenir comme membre titulaire. J'y exprimerai les conclusions de notre débat, poursuivi sur internet (compte-tenu de l'impossibilité de nous réunir au Bahreïn), débat d'où sont déjà issues des conclusions collectives.
Dans l'attente de vos opinions et suggestions
Salutations internationalistes.
Quim Boix
ANNEXE Nº 3
Compte-rendu de mon voyage au Pakistan
du 11 au 13 mars 2015

Ce compte-rendu est destiné à :
1) La direction de la FSM
2) La direction mondiale de l’UIS des P&R de la FSM
3) La direction collective du syndicat PLF du Pakistan

Ce résumé sera traduit en anglais et en français. La partie finale avec les données du pays ne sera pas traduite.
NOTE PRÉALABLE :
Je demande à la direction du syndicat PLF qu’elle lise cette information résumée pour que si elle détecte des erreurs, elle me les communique.

TABLE DES MATIÈRES DE CE COMPTE-RENDU :
Synthèse
Motif du voyage
Objectifs que je m’étais fixés (et discutés avec le secrétariat de la FSM)
Déroulement du voyage
Journée du 11-03-2015
Journée du 12-03-2015
Journée du 13-03-2015
Activité en tant que UIS des P&R de la FSM
Données du pays
1) Réalité syndicale
2) Réalité politique
3) Autres données
COMPLÉMENT de données du Pakistan NON RÉDIGÉES PAR MOI

SYNTHÈSE
Une bonne partie des 4 objectifs (voir plus bas) que j’avais proposés au secrétariat de la FSM ont été remplis.
Le voyage fut utile pour le syndicat PLM du Pakistan, ils me l’on dit, pour la FSM et pour l’UIS des P&R de la FSM aussi. Tant par la répercussion médiatique que le nombre important de participants, les nombreux lieux visités et les informations recueillies.
De plus, l’acte public fut un bon apport pour la célébration du 70ème anniversaire de la FSM.
Il y a de bonnes perspectives tant pour le renforcement du travail du syndicat PLF et celui du syndicat de la FSM au Pakistan, que pour continuer à améliorer ses relations avec les autres syndicats du Pakistan affiliés à la FSM, et que pour faciliter l’incorporation d’autres syndicats  à la FSM.
Je crois aussi que de bonnes perspectives existent pour améliorer les contacts et coordination avec les syndicats de l’Inde et du reste de l’Asie.
Seul ratée, le fait de n’avoir pas prévu un programme de visites et de ne pas avoir eu à ma disposition un interprète vu mes connaissances limitées en anglais.

MOTIF DU VOYAGE
J’ai réalisé le voyage à l’initiative du syndicat PLF (Fédération des Travailleurs du Pakistan) affilié à la FSM qui m’a invité (payant même le billet d’avion) pour organiser un séminaire national sur les problèmes des pensionnés au Pakistan et pour le renforcement de nos relations cordiales entre nos deux organisations.
J’ai envoyé les affiches qu’ils ont faites pour populariser les activités de ce voyage.
Je joins quelques photos qui donnent une idée de la réalité du voyage (si vous désirez certaines photos dans une plus grande résolution demandez-le moi). Je joins aussi, scanné, deux articles parus dans deux journaux.

OBJECTIFS QUE JE M’ÉTAIS FIXÉS (et discutés avec le secrétariat de la FSM)
1) Connaître sa réalité syndicale (ce qui implique aussi la réalité politique)
2) Connaître la réalité spécifique des P&R, et aider pour qu’il y est là-bas un bon travail dans ce secteur.
3) Apporter tout ce que je peux pour que la FSM soit mieux connue et que le 70ème anniversaire soit bien célébré durant toute l’année 2015.
4) Essayer de confirmer son engagement d’appui à l’UIS des P&R, tant pour la conférence régionale de l’Asie qu’en général.

DÉROULEMENT DU VOYAGE
Journée du 11-03-2015
Le secrétaire général du PLF, le camarade Haji Muhammad Saeed Arian, et plusieurs de ses collaborateurs m’ont reçu à l’aéroport avec tous les honneurs.
Arrivé à l’hôtel, je suis de nouveau reçu avec des colliers de fleurs et des photos sur lesquelles on peut voir la grande pancarte de bienvenue avec ma photo qui figure également dans quelques lieux visibles de l’hôtel.
L’acte central, avec pour titre : « Globalisation/Privatisations et le rôle des syndicats » s’est tenu dans le même hôtel avec la participation d’environ 200 syndicalistes (dont 25% de femmes) dans une grande salle. Des dirigeants du PLF et des deux autres syndicats qui, au Pakistan sont affiliés à la FSM, sont à mes côtés à la tribune. J’envoie attachéeavec le rapportle textede mon discours(uniquement enespagnol et en anglais). Il y a eu des interventions du Sec Gral et la Presidente du PLF, plus ChTariqJavidprésident(PTUWF) M.GhulamFraidAwanSVPresidentMalikAliUmarAwanprésident(PNFTU), MalikMunirAhmadvice-présidentprincipalKhalidMahmoodvice-présidentadressageSéminaire internationalFSM-PLF
La télévision et la presse ont rendu compte de ces activités, je fus moi-même interviewé par la télévision. Pendant le colloque, beaucoup de photos ont été prises.
Il est dommage que finalement, suite à des problèmes techniques, nous n’ayons pas pu projeter les images du Power-Point que j’avais préparé en anglais. Langue comprise par tous, malgré le fait que la langue officielle du Pakistan est l’urdu.
À la fin du colloque, les 200 présents ont pu souper et discuter debout dans la salle contigüe.

Journée du 12-03-2015
Ils m’ont emmené visiter divers lieux de productions et services : ateliers de métallurgie, plastiques, deux écoles (d’un quartier populaire, l'une d'ellesappeléInstitution Libre d'Enseignement), le bureau du syndicatdes femmes, et un hôpital.
Ils ont profité du parcours dans la ville de Lahore pour me faire connaître le fameux jardin des sultans (Shalamar Garden) dans lequel nous nous sommes promenés.
Dans la soirée premièrement nous avons visité deux premièresagences de voyage etpuis, nous avons visité le siège central du syndicat PLF, où je fus reçu de nouveau avec tous les honneurs. Je leur ai remis deux assiettes de céramique artisanale catalane (et espagnole) que nous avions données en souvenir du congrès de l’UIS des P&R tenu à Barcelone, et deux affiches-photos du 16éme congrès de la FSM.

Journée du 13-03-2015
Ils m’ont facilité une visite au local du syndicat ferroviaire PLF de Lahore, avec un parcours dans toute les installations de la gare centrale de la ville, et dans la soirée la visite d’une entreprise de textile de 150 travailleurs, avec 3 secteurs différents (impression, coupe, confection).
Ce fut le jour des adieux, puisque comme à l’aller, le voyage du retour à l’aéroport ainsi que le vol vont se passer de nuit.

ACTIVITÉ EN TANT QU’UIS DES P&R DE LA FSM :
Confronté aux difficultés de ne pas parler correctement anglais, j’ai pu seulement recueillir les données suivantes :
Ils ont le droit de prendre leur retraite à 60 ans (vu la moyenne faible de leur espérance de vie).
Ils ont le droit de toucher une pension s’ils ont travaillé de façon régulière. Les travailleurs de l’hôtellerie, et de beaucoup d’autres secteurs ne bénéficient pas de ces conditions, ainsi que ceux qui font partie de l’économie non officielle.
La pension est similaire au salaire mensuel minimum, qui est très bas, de 100$ (10000 en monnaie pakistanaise) pour les professions les moins qualifiées et de 150$ pour les autres. Ils m’ont dit que le minimum mensuel pour vivre pour une famille de 4 personnes est de 250$.
Une des donnée du coût de la vie est qu’un litre de carburant coûte 0,75$. 
Combien de P&R sont organisés? Le camarade Haji m’a dit 600 environ, venant de grandes entreprises privées et d’entreprises publiques.   
Il a promis de demander son adhésion à l’UIS et de payer la cotisation qui est prévue dans les statuts de l’UIS.
Il m’a confirmé qu’il n’avait pas reçu un seul courrier ou avis du camarade KostasSkarparis (du PEO de Chypre) qui est son responsable dans la commission de contrôle financier de l’UIS des P&R. J’ai profité de ces informations pour demander à nouveau au camarade Kostas qu’il assume ses responsabilités et je les ai mis tous les deux une nouvelle fois en contact électronique.
Nous avons aussi parlé de la proposition de faire du Pakistan le siège de la conférence régionale d’Asie de l’UIS des P&R de la FSM. Le camarade Haji est en contact avec les deux camarades de l’Inde et le camarade du Népal qui forment la direction de l’UIS des P&R pour l’Asie.

Francese